A B C D E F G H I J L M N O P Q R S T U V W Y
Lettre J
Titre Quelques notes ensemble... Date Albums Ecoutez la chanson chez Amazon.fr Oncle William
raconte...
J'attends dans la foule Un homme vivant une solitude extrême et qui s'ennuie un dimanche, qui fait irrésistiblement penser à ces personnages du peintre américain Edward Hopper assis tous seuls au bord d'un trottoir devant des magasins fermés. 1981 J'suis pas bien  
J'en avais envie aussi « Des fois on a comme ça des mélodies qui nous rappellent des choses, des petits moments du passé, des moments d'affection etc, et à partir de ça j'ai écris une chanson. » C'est « une histoire comme on en a tous vécu, ou comme on aimerait tous en vivre. »
Pourquoi le « type un peu solitaire » s'en est-il allé depuis ? Est-il parti
dans une autre ville pour cause de tournée, est-il décédé, ou simplement parti faire ses courses... A chacun d'y glisser l'histoire qui lui convient le mieux.
Lors de la tournée avec orchestre de 2005, William Sheller s'est amusé à ajouter à cette chanson piano-voix des cordes à la Glenn Miller, comme dans les films américains des années 40.
2004

-Epures
-Parade au Cirque royal

 
 
Jet lag   2008 Avatars    
J'me gênerais pas pour dire que j't'aime encore

« C'est une petite phrase que j'ai fait graver un jour, sur une petite plaque en médaille au bout d'une chaîne, et pour un ultime anniversaire... Il pleut. Vision d'au-dessus de la fille d'en-bas, qui passe à vélo avec un chapeau de mec, trop grand, qui lui tombe aux oreilles. »
Cette chanson existe seulement sur 45 tours ou dans la compilation Tu devrais chanter.
Au moment où elle est sortie sur les ondes, Michel Jonasz venait curieusement d'écrire une chanson qui s'appelait J' t'aimais tellement fort que j' t'aime encore. Pour éviter la concurrence avec son grand ami William,
Michel Jonasz ne l'a enregistrée qu'un an plus tard dans l'album La Nouvelle vie.
A l'automne 2010, William Sheller a décidé de réenregistrer cette vieille chanson en version piano-voix pour le CD hors-commerce Piano en ville.

1978

-J'me gênerais pas pour dire que j 't'aime encore/Les petites filles modèles (45 t)
-Tu devrais chanter

-Piano en ville

 
Joker, poker Une relation amoureuse ambiguë entre deux personnes basée sur les bluffs et autres mensonges douteux des joueurs de poker. Mais tout cela est « sans regret, puisque la partie était bonne. »

1976

Dans un vieux rock'n'roll

 
J'ose pas Une chanson très « ritournelle » avec en fond sonore un curieux son de crécelle qu'on n'oublie pas et qui tourne longtemps dans la tête. 1980 Nicolas  
J'suis pas bien « J'ai écrit la chanson après être rentré un matin poudré comme un mille-feuilles, alors que je ne pouvais plus fermer l'œil. A un moment, je ne touchais même plus mon piano ! »
Trop accaparé par des activités médiatiques inintéressantes qui l'éloignaient des siens et de sa musique, William était alors très malheureux de sa vie et ne savait plus comment reprendre le dessus. Pour survivre, il abusait de produits dopants en tous genres et ne s'en cache d'ailleurs nullement aujourd'hui : « Les insomnies dans la solitude, combattues à coup de "chocolat pour faire dodo", et les matins vides de sens giratoire qui annoncent chaque fois des journées pleines de gens qui vont vous soûler. Le sentiment de perdre son temps, de se faire trimballer dans des coins qui ne sont décidément pas les siens, de vouloir se sécher des eaux douces où l'on se fatigue plus qu'autre chose à vouloir y nager... »
Dans
les différentes versions disponibles de cette chanson au rythme reggae, certains mots ainsi que les heures citées varient selon l'humeur du Monsieur ! Le « chanteur jamaïcain » fait allusion au décès de Bob Marley, mort à 36 ans le 11 mai 1981.
1981

-J'suis pas bien
-Olympia 82
-William Sheller et le quatuor Halvenalf
-Tu devrais chanter